Vayakom

Origine

Vayakom - LogoLa communauté des Frères de Ploërmel voulait se mettre au service des jeunes de St-Brieuc. La proposition d’accompagner des élèves exclus nous a été faite par un responsable de la municipalité. Elle a obtenu d’emblée l’accord des responsables de l’enseignement privé. Cela nous a conduits ensuite à nous structurer en association.

 

Ce qui nous anime

Notre rôle est essentiellement d’être un lieu d’écoute du jeune ; que sa parole puisse se libérer ; qu’elle soit entendue et respectée. Permettre au jeune de parler sans avoir à se cacher derrière le masque habituel au sein de l’établissement.

Ils témoignent

Bien des jeunes nous disent en partant : « J’ai pu dire ici des choses que je n’ai dites nulle part ailleurs » ou bien : « Ici, on ne m’a pas jugé. »

Comment ?

Au cours de l’entretien, que le jeune sente qu’il est important pour quelqu’un.
Lui accorder le droit à l’erreur, sans l’enfoncer, mais en l’aidant à voir comment il peut en tirer parti pour s’améliorer.
Faire émerger une attitude de changement :

  • Prévoir des « réparations » envers les personnes concernées.
  • Formuler ce qu’il doit modifier dans son attitude à son retour dans l’établissement.
  • Élaborer une sorte de contrat.

Vayakom

Ce terme biblique se traduit par « il se releva ! » Lieu de ressourcement il peut permettre au jeune dont le comportement a donné lieu à une sanction lourde, de se relever de ses erreurs pour repartir. Avec l’aide d’accompagnateurs adultes il peut assumer sa part de responsabilité sans la majorer ni la minimiser ; comprendre ce qui lui arrive ; se mettre en projet de réinsertion positive. 

Bénévoles

Des journées de formation sont proposées avec l’aide d’une psychologue à partir d’un partage d’expérience ou d’un thème arrêté à l’avance.

Au sein de l’équipe

  • Témoignage d’autres bénévoles
  • Pistes pour savoir comment démarrer un entretien.
  • Pouvoir commencer en binôme avec quelqu’un de plus expérimenté.
  • Durant le séjour, faire vivre le jeune dans un cadre familial et structuré.
  • La complémentarité des intervenants, d’origine et de formation diversifiés.
  • La mise en commun des observations à l’issue de chaque entretien.
  • La possibilité d’interrompre un entretien si on ne se sent vraiment pas à son aise. (à voir avec le responsable de l’équipe.

Pour l’échange

  • Pédagogie du projet pendant et après le séjour.
  • Aider le jeune à mieux se connaître : qualités, potentialités.
  • Lui permettre de sortir de son personnage.
  • L’aider à parler de ses domaines d’excellence ou de prédilection.
  • Reconstruire l’estime de soi.
  • Munir le jeune d’une « trousse à outils ».

La confidentialité est nécessaire à l’extérieur mais aussi en interne. Se refuser à prendre parti à l’égard d’adultes que le jeune met en cause (professeurs, autre bénévole …)

 

L’association est constituée des Frères et d’une vingtaine de personnes bénévoles.

Chaque frère coordonne une équipe de 6 à 7 personnes et assure le lien avec les établissements et les familles.

Horaire d’une journée

  • 8h30 à 10h15 suivi d’une pause 
  • 10h30 à 12h00 suivi du repas et d’une détente
  • 13h45 à 15h15 suivi d’une pause
  • 15h30 à 16h30.

Bilan

 Un bilan oral intervient après chaque séquence avec le partage d’éventuelles questions. Un bilan écrit est communiqué en fin de séjour ainsi que les indications concernant le suivi retenu.

« Je ramasse autour de moi, comme dans un naufrage ou après, quelques jeunes gens jetés presque sans vie sur le rivage, par la tempête. » Jean-Marie de la Mennais, 1838